#6 On s’en fou : le prologue de ma nouvelle vie… je pars à l’aventure !

large (47)

J’en parle assez souvent sur les réseaux sociaux (enfin, sur Twitter, seule plateforme – avec Instagram – où je suis plus ou moins active selon mon humeur, et où j’aime exposer (un peu) ma vie !) ; je vais bientôt quitter le cocon familial. Je me prépare petit à petit tandis que les jours passent et que la date fatidique approche à grands pas. Il me reste très exactement 18 jours, compte en rebours en main, avant de dire au revoir à papa, maman, à mon petit frère et ma petite sœur, à mon lit, à ma chambre, à mon chez-moi et à ma petite ville (adorée). J’appréhende un peu (beaucoup) de devoir – enfin – vivre seule. Pourtant, si je remonte quelques années auparavant, je me souviens que j’attendais avec impatience le jour où je m’envolerai. Parce que vivre seule, loin de ses parents, loin de leur autorité, c’est bien mieux ; pensais-je naïvement. Oh, la préadolescence et ces crises en tout genre ! Actuellement, disons qu’il y a en moi, à la fois une grande excitation à l’idée de commencer une nouvelle vie, une nouvelle aventure toute seule ; et une monstrueuse appréhension. A vrai dire, ce n’est pas le fait de devoir changer d’atmosphère, de quotidien, de vie, que je redoute le plus. En effet, durant une grande partie de mon enfance, j’ai énormément déménagé avant de finalement élire domicile dans cette bourgade que je m’apprête à abandonner après 8 longues années. D’ailleurs, le changement m’a toujours fait du bien. Vivre dans une nouvelle maison, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveaux endroits, se créer de nouveaux souvenirs… Mais il faut aussi avouer que j’ai pris l’habitude de vivre ici et cela fait bien des années que je n’ai rien changé à mon quotidien. J’ai accédé à un certain confort, un mode de vie qui me convient parfaitement. Devoir m’en séparer, c’est ça qui m’effraye un peu !

Bien évidement, ce n’est pas comme si je partais pour ne jamais revenir ! Oui, je reviendrai aussi souvent que je le pourrais – à condition de ne pas avoir dépensé tout mon budget nourriture. Cependant, le fait de savoir que bientôt, je ne serais plus chez mes parents me fait tout drôle (même si au fond de moi-même, j’en suis très ravie !). Après tout, du haut de mes 18 ans, je ne suis encore qu’une enfant. J’ai beau avoir acquis une certaine (et incroyable) maturité ainsi qu’un grand sens des responsabilités en grandissant, je ne me sens absolument pas capable de m’autogérer. D’abord, il y a que j’ai ce (très vilain) défaut de toujours remettre à demain ce que je pourrais faire aujourd’hui. Soi-disant par manque de temps. C’est plutôt par manque de volonté, en fait ! L’autre jour, par exemple, mes parents ont voulu m’expliquer comment fonctionner la machine à laver. Je leur ai répondu que je verrai cela en temps voulu. La vérité est que lorsque le jour d’utiliser ma machine à laver sera arrivé, je serai complètement paumée et livrée à moi-même. Après avoir pleuré en me demandant pourquoi j’ai stupidement refusé qu’on m’apprenne à maîtriser cette foutue machine, je finirais par opter pour la seule solution qui se présentera à moi : googler « Comment fait-on pour mettre sa machine à laver Bosch en mode essorage ? ». C’est triste, mais croyez-moi, j’en suis capable ! Ca me fait rire sur le coup et mais quand ça arrivera je relirai cet article et puis je me dirai : « Tu vois, je te l’avais dit ! ».

Je suis bordélique aussi ; c’est ma mère qui sait où se cache mon bracelet corse quand je le perds (chose qui arrive statistiquement, une fois par semaine !). Et par dessus tout, je ne sais pas cuisiner, non plus ! Non, je reprends, je déteste cuisiner ! Forte heureusement, je ne suis pas la première à devoir passer par là, c’est n’est qu’une simple étape de la vie comme avoir son bac, obtenir son premier CDI, une nouvelle expérience comme partir seul au bout du monde. Je ne pourrais qu’apprendre beaucoup à vivre par moi-même. Et puis, il sera là, lui, avec moi. Ensemble, dans la même merde ! En plus, il sait cuisiner. Ça me fait déjà un problème en moins.

Quelqu’un pour s’occuper de ma paperasse administrative ?

HELLOCOTON | TWITTER

SIGNATURE

Publicités