#4 fashion minute : ou comment j’ai failli rendre mon chéri dépressif

large (84)

Cela fait quelque temps que je ne vous ai pas conté les péripéties shoppingantes (j’aime bien inventer de nouveaux mots) de mon copain et moi-même. Oui, la dernière fois, je vous racontais comment je l’ai – malgré lui – incité à acheter une paire de baskets hors de prix sous prétexte que : 1) elles étaient vachement belles et 2) c’était l’unique paire de chaussures  à sa taille. Je sais, ce n’était pas très sympathique de ma part d’une certaine façon. J’ai même regretté de l’avoir entraîné de cette manière et puis j’ai fini par me dire que je n’avais fait qu’une bonne action. Mais oui ! Aujourd’hui monsieur porte un amour incandescent à sa paire de chaussures. Il lui arrive même de grogner un peu quand il voit quelqu’un ayant les mêmes baskets que lui. Tiens, ça me rappelle vaguement quelqu’un ça… Non, je n’ai pas déteins sur lui, quelle idée ?!

Pour la deuxième fois consécutive (enfin d’après ce que vous savez, parce qu’en réalité ça doit bien être la… 100 fois), j’ai encore entrainé mon chéri dans une aventure rocambolesque. J’ai bien cru qu’il n’allait pas en sortir vivant ; mais c’était pour la bonne cause, je vous le jure ! L’autre jour j’ai tout simplement eu la bonne (brillante même) idée d’aller faire une après-midi shopping avec monsieur. Je pense que cette journée se serait très certainement passée autrement si je lui avais explicitement exposé les termes du contrat d’une virée shopping en ma compagnie (oui, j’ai la ferme intention de les rédiger !). En fait, monsieur pensait qu’au bout d’une heure j’aurai enfin mis la main sur tout ce dont j’avais besoin et que par conséquent, notre après-midi ou plutôt heure shopping serait terminée. Ah, mon coco, tu m’as sous-estimé dis donc !

Ouais, j’aurai dû le prévenir qu’avec moi, les après-midi shopping peuvent s’éterniser et même devenir des soirées shopping. Heureusement pour lui, j’ai fini par être tolérante au bout de 4h, notamment parce que j’avais trouvé LE sac que je cherchais depuis des lustres mais aussi parce que je m’étais rendue à l’évidence que malgré des efforts acharnés, je ne me mettrai malheureusement pas la main sur cette longue jupe noire que je continue à attendre désespérément. Continuer une minute de plus aurait été psychologiquement impossible pour lui. Il aurait très certainement fini par rendre l’âme. Son cerveau et son corps tout entier ne suivaient plus la cadence. Il en avait marre et il est vrai que je n’ai pas vraiment fait grand chose pour lui faciliter la tâche. « Alors comment tu le trouves ce haut ? Non, en fait, il y a quelque chose dessus qui me dérange mais je ne sais pas quoi !… Oh, j’hésite parce que d’un côté il correspond un peu à ce que je cherche et puis le prix est quand même alléchant..! »

Je pense que s’il avait été en forme mentalement, il m’en aurait mis une ou pire il m’aurait laissé en plan. D’ailleurs, c’est un peu ce qu’il a fait en adoptant la technique du mec qui hoche la tête à chaque fois que je lui demande son avis sur un habit. Tout ceux que je lui montrais étaient beaux selon lui, j’étais vraiment contente, j’ai trouvé ça très adorable de sa part qu’il s’investisse un peu malgré le fait qu’il n’avait qu’une seule envie ; partie en courant. Mais au bout d’un moment, j’ai commencé par trouver cela un peu louche… Et puis c’est en riant qu’il a fini par m’avouer qu’il avait vu un homme, dans le même magasin que celui où nous nous trouvions, qui acquiesçait à chaque fois que sa copine lui montrait un vêtement. Sauf que cet homme, contrairement à monsieur, avait le nez plongé dans son portable et ne daignait même pas lever le bout de son nez. Vraiment les gars, vous n’êtes pas cool !

Et toi chéri, tu es pas croyable (même si tu m’as bien fait rire) !

Malgré tout, je ne le remercierai jamais assez de m’avoir accompagné dans ce long périple (sans fin). C’était chiant et très pénible pour lui (il a même certainement dû frôler la schizophrénie) mais il l’a tout de même fait, pour qu’on puisse passer une journée ensemble, en amoureux ! Et puis en contrepartie, je l’ai accompagné dans une librairie spécialisée dans les mangas et les bds. Quelque chose très loin de mon univers. Je dois vous avouer que j’ai trouvé le temps long surtout que nous n’y sommes pas restés que quelques minutes… J’ai d’ailleurs ressenti ce qu’il avait très probablement éprouvé en me suivant dans les magasins. Dans le fond, ça m’a fait plaisir de lui faire plaisir. Il aime ça alors si je peux être avec lui, ça ne peut être que merveilleux ! En tout cas, je sais que plus jamais il ne m’accompagnera, ce fut beaucoup trop pour lui !

Mais ce n’est pas grave, j’ai trouvé une nouvelle copine de shopping et elle est géniale !

HELLOCOTON | TWITTER

SIGNATURE

Publicités